Archive for June, 2018

découvertes cigue ou carotte sauvage ? - Entdeckungen Schierling oder Mohrrübe?


2018
06.29

Version française :

Lorsqu’on a la chance de disposer d’un jardin, c’est le lieux idéal pour des découvertes de toutes sortes.

Après avoir découvert des salsifis sauvages, je me suis dit… chouette, des carottes sauvages !

Mais vaut mieux vérifier, non ?

Eh bien oui, il vaut mieux vérifier, car … il s’agissait de cigue! Et je n’ai clairement pas envie de finir comme Socrate.

Minimaus a été intéressée de vérifier si c’était un légume ou du poison (même si, selon elle, les carottes c’est du poison pas bon).

Nous avons cueilli et regardé sur des sites, avec des photos pour comparer.

Apprendre ensemble, c’est aussi passer du bon temps, simplement.

Le buisson douteux dans le jardin

buisson-cigue

Observation et comparaison :

cigue ordi

Deutsche Fassung:

Wenn man einen Garten besitzt, ist es leicht schöne Dinge zu entdecken.

Ist es hier eine “wilde Karotte”, wie meine Minimaus fragte.

Komm, wir checken nach, sagte ich.

Oh Schreck ! Nach einer wohldokumentierten Recherche, handelte es sich um … den giftigen Schierling (ich möchte aber nicht wie Sokrates enden!!!).

Naja, Minimaus sagte, da sie Karotten regelrecht hasst, es sei eh Gift :-)

Wir hatten zusammen Spaß : die Pflanze zu beobachten, auf Internet-Seiten gehen, um das ganze zu vergleichen.

So schön und einfach kann das Entdecken sein ;-)

Et les maths dans tout ça ?!


2018
06.26

Constat :

Pour les maths, il nous a été demandé de jouer avec des dés tous les soirs pour travailler les additions de manière ludique.

Sauf… sauf que dans les faits, bien plus était demandé en classe.

Je comprends que l’enseignante ne souhaite pas travailler avec un fichier et préfère proposer sa progression.

Mais…

- nous ne disposions d’aucun outil pour revoir ce qui a été fait en classe. En fin de semaine le cahier avec des travaux évalués revenait pour être signé. les autres jours de la semaine, le cahier n’était jamais ramené, comme si l’on cherchait à empêcher de relire / revoir.

- nous avons constaté un rapidement un grand fossé entre s’entraîner au dés et … les attentes réelles de l’instit.

- les fiches de travail étaient parfois incompréhensibles ou comportaient parfois des erreurs.

- et surtout … notre fille a fait elle même la demande d’un livre pour apprendre les maths, car c’est trop dur en français - selon elle.

Nous lui avons montré que les maths sont un langage a part, universel. Elle avait du entendre “tu ne comprends rien” à l’école…

Choix de nos outils :

Picbille_lernmonster

J’ai donc travaillé en allemand avec ma fille avec un petit cahier d’activité pour le CP.

Lernmonster wuerfel

Néanmoins, assez rapidement, nous sommes arrivés à nos limites. A la moitié du cahier, les activités étaient trop difficiles pour ma fille. La page photographiée en est l’exemple : le passage à la dizaine supérieure est laborieux. C’est un cahier d’activité, pas un fichier de maths. Il fallait autre chose.

Je me suis donc adressée à des collègues de SEGPA (section d’enseignement adapté) qui sont des enseignants du 1er degré à l’origine, avant leur spécialisation.

Ils m’ont conseillé la méthode suivante : PICBILLE aux éditions Retz.


Mon bilan :

- Picbille est très progressif et répétitif, ce qui permet de faire aussi travailler votre enfant en autonomie car la typologie d’exercices revient sans cesse;

- Sur chaque page : une partie leçon, des exercices, dont toujours au moins un qui reprend des notions vues préalablement; A force de revoir, revoir et revoir, l’enfant finit par acquérir certaines notions qui au premier abord, ne semblaient pas gagnées d’avance !

- la progression est découpée en 5 périodes qui correspondent au période de vacances à vacances, avec un bilan.

- la symétrie et les problèmes illustrés sont abordés.

- il y a des notes en bas de page à l’attention de l’adulte (parent ou prof) qui accompagne l’enfant; Cela m’a aussi aidé l’une ou l’autre fois quand j’ai eu un doute sur comment présenter ou aborder la notion;

- très adapté au suivi en famille par son découpage en périodes et séances : on peut choisir de faire une page par jour ou seulement 1 exercice.

-ma fille s’est terriblement attachée au mascottes Picbille, Géom et Couicouic.

- les consignes sont claires et courtes.

- beaucoup de matériel inclus : billets, pièce de monnaie, formographe (cache avec des formes géométriques à tracer, l’enfant peut jouer avec !), cache a exercice rigolo…

- il existe dans le commerce un guide du maître qui explique les démarches et donne les solutions; Pour ma part, je n’en ai pas eu besoin du tout, les maths au CP, ce n’est pas ce qu’il y a de plus difficile ! Néanmoins, pour des parents qui ne sont pas profs, cela peut être très rassurant car toute la démarche est expliquée, du début à la fin !

Ce que j’ai aménagé dans Picbille :

la manipulation. A l’école, les enfants font de la manipulation avec l’instit.

Manipulation simple :

Boîte de Picbille (jusqu’à 20 : 1 boîte de 10 jetons et 10  jetons supplémentaires).

La boite de Picbille contient 10 jetons et 2 couvercles (5 +5). Quand la dizaine est complète, les deux couvercles sont fermés.

Ce concept est très intéressant et clairement expliqué dans le fichier dans les notes en bas de page.

J’ai acheté ce matériel complémentaire et en suis très satisfaite : l’enfant peut visualiser, manipuler, se représenter clairement les choses avant d’aller vers “imagine”.

Manipulation au-delà de 20 : des LEGOS !

J’ai donc choisi de faire manipuler, notamment pour les soustractions, afin que ma fille puisse comprendre ce que représente par exemple 42-21.

J’ai utilisé des LEGOS !  Ici un exemple. 63-14 = 49

Au départ il y avait 6 blocs rouges et 3 jetons.


lego

Il est important de dire à l’enfant que le bloc de LEGO, c’est une dizaine complète (rien à voir avec les picots sur les legos).

Quand il fallait “casser”une dizaine (passage à la dizaine inférieure) , ma fille échangeait le bloc dizaine contre 10 unités puis continuait sa manip.

Autre chose : visualisation avec les couleurs, comme dans picbille.

Conclusion :

De février à juin, en 4 mois, nous avons balayé le programme.

Depuis, ma fille adore les maths et trouve que c’est son point fort (’ich bin super gut in Mathe” pour citer l’intéressée).

La maîtresse ne nous a plus reproché qu’elle ne comprend pas les consignes en français. A voir des exercices de maths régulièrement avec des consignes formulées de manière compréhensible, ma fille comprend maintenant ce qui est attendu, même quand la fiche de travail de l’école présente une consigne peu claire.

Le livre des bêtes - Mareuil


2018
06.26

Mico a vraiment bien marché avec ma fille et en janvier nous en avions fait le tour.

Elle a eu, durant longtemps, d’excellents réflexes de méthode syllabique.

Nous lisons aussi presque tous les jours un peu et j’ai constaté tout récemment, qu’elle se remettait à deviner - comme en méthode globale.

Donc, on a repris la révision des sons qui posent problèmes : gue / ge  et gui / gi

Et j’ai choisi de travailler avec “Le livre des bêtes” disponible sur le site  manuels anciens et téléchargeable au format PDF  en cliquant ici :  Livre des bêtes.

Les bons réflexes reviennent vite : en deux  à trois jours !

Cela sera notre petite lecture quotidienne les prochains temps.

J’ai préféré prendre cet ouvrage plutôt que l’oiseau bleu, toujours du même auteur et destiné au CE1.

Plusieurs raisons :

- les textes sont plus courts : il s’agit de maintenir des acquis et de ne pas y passer trop de temps. Je pratique une ief partielle et ma fille est scolarisée. J’ai une heure par jour si tout va bien, mieux vaut varier si l’on peut.

- il y a toujours un texte par son travaillé, en suivant la même progression que dans Mico mon petit Ours,

- il y a un souci de continuité.

Durant son année de CP, elle a travaillé en lecture globale mixte à l’école. Puis la maîtresse a proposé un texte, sur la fin de l’année, tiré de l’oiseau bleu et des pages de Mico à quelques élèves en difficulté. Mico qui se passe sous le manteau, cela a fini par arriver à ses oreilles.

J’ai été contente quand elle est rentrée avec sa lecture de l’oiseau bleu. Mais néanmoins, on sentait tout de même qu’une étape avait été brûlée : on proposait directement un texte de CE1 d’un manuel ancien fort long par rapport à ce qui avait été travaillé avant.

Les textes travaillés par la suite à l’école ont été tiré d’albums et la quantité à lire par jour est devenu très impressionnante, plus difficile que l’oiseau bleu. Pour ma part, assez contente du challenge, mais … pourquoi encore ces étiquettes ?! Et je me suis dit aussi que le fossé pour les enfants qui sont en difficulté de lecture a du être assez décourageant.

Programme quotidien / tägliches Programm


2018
06.19

Version française :

Voici une journée type de Mamas Schule :

On commence par une pause goûter en tête à tête. Par bavarder et faire un break. Puis on enchaîne sur le travail. On change de langue : nous utilisons alors le français pour 80 à 90 % des activités.

  • lecture : 15 / 20 min.
  • Activités d’orthographe 10 à 20 min : selon les jours  -> une fiche de l’orth, une dictée, des mots à mémoriser, écriture. Le panachage varie.
  • Maths : 20 minutes -> travail sur fichiers ou cahier d’exercices.
  • S’il reste du temps, de l’envie ou de l’énergie : activités en allemand.
Si Minimaus est lessivée (ou Mama Maus carrément ko), pas de Schule !

Deutsche Fassung.

Nach einer wohlverdienten Naschpause, während der wir plappern, geht’s dann mit Mamas Schule weiter;
Es wird dann auf Französisch gesprochen, so um 80 bis 90%. Wieso ? Na weil da eben Minimaus in Frankreich eingeschult ist.
So verteilen wir unsere Zeit :
- Lesen : 15/20 Minuten.
- Rechtschreibung / Schreiben : 10 bis 20 Minuten : Arbeitshefte, Diktate usw.
- Mathe : 20 Minuten.
Je nach Zeit und Lust : kleine Aktivitäten auf Deutsch.
Ansonsten, geht es dann Richtung Kinderzimmer oder Garten und es wird wieder Deutsch gesprochen.
Jedenfalls, wenn die Kleine KO ist oder ich mal von der Arbeit erschöpft bin, lassen wir es bleiben und gönnen uns eine Auszeit.

Hausunterricht 1. Klasse


2018
06.19

Deutsche Fassung

Der Artikel auf Deutsch wird hier etwas kürzer sein.

Notre IEF partielle cette année de CP


2018
06.19

Version française

Au cours de certaines conversations avec des parents et des amis, on m’a souvent posé la question : “quel est votre planning” quotidien ?

Eh bien en règle générale, nous travaillons une heure par jour 4 à 5 fois par semaine.

Parfois plus, parfois moins, parfois pas.

Et certaines fois, je fais carrément un break, comme la semaine dernière : avec les conseils de classe à gogo, je n’arrêtais pas de courir entre le travail et la maison. J’aurai eu une patience proche du néant, cela n’aurait pas été bénéfique.

Je relate juste mon expérience de Maman qui a glissé petit à petit dans l’IEF partielle, pour prendre le relai par rapport à des apprentissages avec de mauvaises méthodes ou non structurés. Ce n’est pas prescriptif et si c’était à refaire, je ferai autrement : à commencer par apprendre directement à lire à mon enfant AVANT le CP

SEPTEMBRE - JANVIER inclus : LA LECTURE !

septembre, octobre, mi-novembre :

  • revoir quotidiennement le texte de l’école et apprendre par coeur ces imbuvables étiquettes. Cela nous prenait au moins 20 à 30 min.
  • Jouer avec les dés, comme demandé par l’instit.

Les 30 minutes suivantes sont réparties comme suit :

  • Mico mon petit ours tome 1, nous avançons d’abord au rythme de l’enfant, mais sommes obligés d’accélérer en raison des textes de l’école présentant énormément de phonèmes complexes.
  • Apprentissage des chiffres en français, petits calculs en allemand (cahier d’activité) -> 10 min.

Constat : au départ, une grande volonté de ma fille. Mais aussi de la fatigue, notamment lorsque les jours se sont mis à raccourcir. Nous l’avons laissé tranquille durant près de 10 jours aux congés de la Toussaint. Nous avons juste relu, 4 ou 5 jours avant la reprise, le texte de l’école quotidiennement. -> A la rentrée, ma fille s’est fait reprocher “n’avoir pas travaillé”. Elle en a pleuré. Elle a ensuite durant plusieurs mois, accepté et demandé du travail à la maison.

Néanmoins, elle avait besoin de cette coupure, même si on avait l’impression qu’elle avait “oublié” des choses.

MI- NOVEMBRE, DECEMBRE, JANVIER :

  • Mico mon petit ours tome 2.

Nous passons déjà moins de temps sur les textes imposés par l’école. Avec le bagage acquis par Mico, le textes sont déchiffrés et n’ont pas besoin d’être appris par coeur. La lecture devient plus fluide et moins hachée. Minimaus aura travaillé 10 leçons de Mico durant les congés de Noel, le matin, avant que les amis ne viennent ou que nous partions en famille.

J’ai eu l’impression de faire une course contre la montre. Nous sommes arrivés à la page 45 à la reprise en janvier. Grand bien nous fasse : la maîtresse décide à l’école de faire quelques phonèmes complexes tous en même temps, pile poil ceux que nous avons vu en plus de 10 jours… en une seule leçon. Minimaus me rapporte que “presque personne ne comprend à l’école’.

Constat : j’ai quasiment supprimé les activités en allemand qui lui tiennent tant à coeur. Je préfère miser sur Mico. On reviendra à l’allemand plus tard. Elle est un peu fâchée car je ne parle pas allemand pendant les devoirs, sauf pour “tiens, explique voir ce que tu as lu en allemand” (implacable pour vérifier si un enfant n’a pas juste repéré mais vraiment compris, héhé).

Bilan : un excellent bulletin semestriel. Des “A” partout, des remarques très positives. Avec un niveau “convenable” en calcul.

PERIODE 2 :LA DIVERSIFICATION. Aux oubliettes les textes de l’école.

A. Lecture.

Janvier sonnera le glas de Mico. C’en est fini de cette aventure si attachante. Minimaus lit couramment le Französisch.

Et l’allemand aussi d’ailleurs.

Elle ne passe que peu ou prou de temps sur les textes de l’école. Elle sait très bien lire et nous faisons notre programme à nous depuis décembre.

Nous avons appris beaucoup de vocabulaire à l’aide de Mico et veillé à ce qu’il soit maîtrisé dans les deux langues.

b. Orthographe.

J’ai acquis l’ORTH CP courant décembre. Je lui fais faire une fiche par jour. C’est certainement ce qui lui prend le plus de temps.

c. Maths

Nous avons introduit les maths à l’aide d’un fichier (je rédigerai un billet).

Ma fille s’est prise de passion pour les maths, vive la pédagogie positive !

Je vois ses progrès.

PERIODE 3 : les approfondissements.

  • A compter de mars :apprentissage de l’orthographe de mots courants.
  • En avril : achat d’un livret de problèmes CP aux éditions librairie des écoles.
  • lecture : textes de la médiathèque, de la bibliothèque de Minimaus…
  • en mai : travail de l’écriture (geste graphique).

Et … toujours cette passion pour les maths.

PERIODE 4 : Juin : fini le programme ! On se fait plaisir !!!

Ce 1er  juin, j’ai bouclé le programme de maths en tout juste 4 mois. Nous apprenons à lire l’heure et et passons aux tables de multiplications.

En lecture, nous continuons tous les jours : je vois aussi qu’il faut revoir certains sons.

Nous avons un schéma de base, mais varions aussi selon les envies (si on l’écoutait, on ne ferait que lire et des maths et du “C’est pas sorcier”).

Méthode syllabique


2018
06.17

La méthode syllabique est fort heureusement revenue massivement dans les écoles.

Il y a encore néanmoins quelques gaulois irréductibles qui persistent et signent, comme dans mon village.

Ceci dit, l’enseignante de ma fille a beaucoup de qualités. Et je préfère avoir eu une maîtresse gentille qui lui aura fait aimer les lieux, l’univers scolaire plutôt qu’une femme ou un homme dépourvu(e) de qualités humaines et relationnelles avec les enfants.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai du assurer moi-même lecture, mathématiques et même partiellement écriture (remarqué sur le tard). J’aurai franchement aimé moins de sport et plus de “basique”. Mais une fois que ma fille a su lire couramment et compris le calcul, certains des projets menés par l’enseignante autour de la nature étaient vraiment beaux et ont été un plus. Etant enseignante et connaissant bien les programmes, cette maîtresse aurait été parfaite pour le CE1 : enseignement par tâches complexes, projets, c’est à dire mettre les connaissances rapport les unes les autres comme dans la vraie vie. Mais l’enseignement des fondamentaux n’a pas suivi.

Ce qui est regrettable, c’est que l’enseignante est persuadée que la méthode globale est la bonne alors que presque tous les parents de la classe ont repris la lecture. Ce que je trouve dommage, c’est qu’au fil des discussions entre parents, personne n’osait l’avouer. C’est parce que j’ai commencé par dire avec honnêteté que cette méthode aurait enfermé ma fille dans un échec certain alors qu’elle a appris très vite à lire en syllabique - que les langues se sont déliées. Comme si c’était honteux… J’ai finalement appris que 2 parents, au courant de la méthode (conversations ou un aîné passé chez la maîtresse par le passé) ont carrément appris à lire à leur bambin avant la rentrée.

De mon côté, le démarrage de l’apprentissage de la lecture en allemand à ma fille  au mois d’août s’est avéré la meilleure idée qu’il soit…

Quelle méthode syllabique pour mon enfant ?

Ce qui m’a “sauvée”, c’est que ma Grand-Mère avait gardé mon livre de lecture de CP au grenier et qu’elle me l’a remis en août, bien avant mes recherches. Je n’y croyais pas trop, je l’ai accepté par nostalgie. Eh bien, je n’aurai pas pensé qu’il allait reprendre du service : merci Mamama !

J’ai ensuite démarré avec cette méthode “Mico mon petit ours” directement à la rentrée.

Plus tard, j’ai aussi pris le temps de feuilleter en ligne ou d’aller en magasin, en ville (oui, parce qu’ici, ce sont les champs à perte de vue !)

1. Mico mon petit ours.

resized_20170920_141349

Méthode ancienne, syllabique et progressive avec en plus le mérite de créer une véritable histoire filée dès le départ.

Les critiques de la méthodes syllabiques vous diront qu’avec la syllabique, on a des textes niais. Eh bien soyons francs : ceux proposés par la méthode globale de ma fille étaient encore plus niais ! Avec le vocabulaire étoffé en moins. Entendons-nous : au démarrage d’un apprentissage, on ne peut pas d’emblée proposer la chose la plus difficile qui soit.

Mico est adapté à des enfants de CP. Et l’histoire est intemporelle : Milène et son frère Bruno qui ont un chien, Capi, et des parents qui les aiment.

Dans le tome 2, les enfants partent en vacances à la campagne, chez Papie et Mamie. Un monde bucolique et rassurant.

Des petits contes sont également proposés (Grand-Mère raconte…)

Les images sont tellement vintage que c’en est empreint de poésie. Elles sont très belles et réalisées par Gerda, une illustratrice en vogue dans les années 1960.

Pourtant, j’ai appris à lire avec ce manuel à la fin des années 1980. J’ai eu de la chance : mon frère a essuyé les plâtres de la globale et l’apprentissage fut dur pour lui.

N’allez surtout pas penser que je suis refractaire à tout enseignement moderne : loin de là !

Mon bilan pour un CP 2017 :

  • ma fille a adoré les personnages,
  • nous nous sommes beaucoup identifiés aux personnages, vivant dans un milieu très rural,
  • la construction des apprentissages est progressive et très bien pensée.
  • des activités d’orthographe et dictée sont proposées en parallèle. Nous n’avons pas pu les faire faute de temps, notre IEF partielle n’étant pas extensible. Ma fille était volontaire de faire cela en plus de l’école officielle. Nous avons axé prioritairement sur la lecture et les maths.

Où se procurer Mico mon petit ours ?

Le manuel n’est plus disponible à la vente, c’est une évidence.

Néanmoins, il est téléchargeable en PDF sur le blog “Manuels anciens” au lien suivant : Livrets mico mon petit ours


2. La méthode Boscher.

Un grand classique. Ma Maman m’avait appris à lire les syllabes avec ce livret dit unique des éditions Belin (cliquer sur l’image pour consulter les éditions Belin et l’extrait feuilletable).

methode-boscher

Enfant, je ne l’ai pas aimé du tout. Ma Maman n’avait pas fait la totalité avec moi, juste les bases. Mais cela dépend de chaque enfant… Il faut dire que j’avais aussi plus envie d’aller jouer avec mes nounours à ce moment. Puis j’ai eu au CP une enseignante géniale qui nous a appris à lire avec Mico mon petit Ours” (voir rubrique à part).

Mon avis d’adulte : L’impression globale n’a pas tant changé depuis l’enfance, les arguments si. Je trouve Mico plus progressif et plus plaisant en raison de l’histoire filée. La méthode Boscher est une très bonne méthode, mais j’ai une préférence pour leurs autres produits comme les petits romans, les cahiers variés par thème : lecture, écriture, calcul.

Les plus de la méthode Boscher : Les petits romans “Paco le Pirate” etc… qui nous ont été prêtés. Nous avons juste veillé à ce que Minimaus ait bien vu les différentes syllabes auparavant dans Mico.

paco_severine


3. Apprendre à lire avec le Bled

Cette méthode est tout à fait correcte.

Cliquez sur l’image pour être redirigé vers le site de l’éditeur et voir un extrait.

bled_lecture

4. La librairie des écoles. Des ouvrages de qualité.

C’est en surfant sur les sites et blogs d’IEF (instruction en famille) que j’ai découvert cet éditeur. Je cherchais d’autres ressources (maths / cahier d’écriture) et en ai profité pour jeter un oeuil sur les méthodes de lectures proposées.

Si je n’avais pas disposé de Mico mon petit ours, c’est indiscutablement l’un de ces deux ouvrages que j’aurai choisi.

Vous avez la possibilité de feuilleter le spécimen intégralement en ligne. C’est un argument également : cela évite un déplacement inutile (et le site dispose d’une boutique en ligne).

Pour ma part, c’est ce qui m’a aussi décidée à acheter certains de leurs produits : feuilleter en ligne l’intégralité du spécimen. J’ai profité d’une sortie en ville prévue pour me le procurer en librairie. Avec la ruralité, je commande assez de choses en ligne. Si je peux encore faire vivre le commerce de proximité, je n’hésite pas !

Pour ma part, j’ai une préférence vers l’ouvrage bleu “Manuel de lecture”, car après la partie apprentissage du code ( = syllabes, phonèmes), des premières histoires et contes sont proposés.

Cliquez sur les vignettes pour être dirigés vers le descriptif du produit et le spécimen feuilletable.

manuel-lecture

lire-avec-salto


Mise en garde importante :

Il existe un énorme choix de produits. Vous trouverez certainement chaussure à votre pied car je n’ai de loin pas listé tout ce qui se fait.

Les éditeurs de parascolaire l’ont bien compris : énormément de parents doivent prendre le relai à la maison : mauvaise méthode en classe, enseignants non remplacés dans le 2ndaire.

Beaucoup de méthodes du commerce et de l’étalage parascolaire se prétendent syllabique et beaucoup ne le sont pas vraiment.

J’ai feuilleté “Sami et Julie” et quelle déception : trop de sons vus d’un tenant, des phrases avec des phonèmes ou mots pas encore vus. De la globale mixte en fait !

Même constat pour “Mon gros cahier de lecture” de chez Hatier.

Apprendre à lire - comment le cerveau fonctionne-il ? Lesen Lernen und Neurologie.


2018
06.17

Voici une conférence tout à fait sérieuse.

Peut-être un peu trop d’ailleurs, j’espère ne pas en effrayer certains au passage. Mais voilà, j’ai un intérêt pour les sciences et la vulgarisation scientifique.

Le but est aussi de créer une rubrique pour les parents souhaitant se former à la didactique et la pédagogique, alors, allons-y!

Dans cette vidéo de 16 minutes, Stanislas Dehaene du Collège de France  explique en quoi les neurosciences aident  à faire avancer les apprentissages : comment fonctionne un cerveau, pourquoi on ne peut pas faire certaines choses avant un âge donné etc. Il explique aussi en quoi la méthode d’apprentissage de lecture dite globale est une erreur basée à l’origine sur des études scientifiques.

Note : l’image n’apporte rien, vous pouvez juste écouter le son en épluchant vos carottes ou passant l’aspirateur.

Conférence de Stanislas Dehaene : cliquez ici !

Conférence Stanislas Dehaenne

Intéressant pour les curieux, pas nécessaire à tout prix.

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/_symposium.htm

Deutsche Fassung:

In diesem Video zeigt der französische Forscher Stanislas Dehaenne inwiefern die Wissenschaft, bzw. Neurologie die Lernmechanismen erklären kann. Am Ende des Videos erklärt er auch, dass man nicht alle wissenschaftliche Beiträge pauschal nehmen muss : die globale Methode zum Lesenlernen sei ein Fehler gewesen, der ursprünglich aus der Forschung kam.

Die Bilder haben wenig Sinn, es ist die Verfilmung einer Konferenz. Leider habe ich noch nichts ähnliches auf Deutsch gefunden.

apprendre à lire : comparaison / Lesen lernen: Vergleich


2018
06.13

Voilà un peu, pour donner une idée, la différence entre l’apprentissage global en français et la méthode syllabique en allemand.

Une méthode globale propose d’emblée des textes complexes.

Die globale Lesemethode bietet sofort komplexe Silben an. Beispiel des 2. Lesetexts, wo sich die Schwierigkeiten der französischen Sprache am 2. Schultag schon anhäufen.

Méthode globale de l’école, texte à lire n° 2 : des pluriels, des sons complexes, des lettres muettes (non prononcées).

20180530_181601

Comment reconnaître la méthode syllabique ?

Was ist Silben- und Anlaut-Methode /die Silbenfibel? -> M+I = MI (siehe Bild).

Une méthode syllabique passe par ce qu’on appelle l’apprentissage du code. Par exemple m+i = mi et est progressive en ne proposant que des syllabes qui ont été vues au fur et à mesure des leçons.

(cliquer sur l’image pour consulter le spécimen). Le mot encadré ne relève pas de la globale : tout a été vu auparavant.

silbenschule

abc-der-tiere-neu

Livret choisi par nos soins pour l’allemand. Il pourrait convenir à des CP ou CE1 bilingues.
Ici, le livre en allemand est pour les enfants maîtrisant déjà les syllabes (rappellons que c’est plus simple en allemand). Le découpage syllabique est marqué pour faciliter la lecture, les mots allemands étant beaucoup plus long.

Das deutsche Büchlein könnte auch im Rahmen der erste Klasse (bilingualer Zug) perfekt passen :

20180613_182950

20180613_183106

En France, des choses similaires existent : “J’apprends à lire avec Salto”  ou les petits livrets de la méthode Boscher qui sont vraiment très chouettes (Les aventures de Paco et Séverine).

reconnaître la méthode globale - die “globale” Lesemethode erkennen


2018
06.13

Pour des parents, pas facile de reconnaître la fameuse méthode globale qui fait des ravages dans l’apprentissage de la lecture.

Surtout si à la réunion de rentrée, on vous vend la chose en disant :” un départ avec des textes entiers et on fera aussi les syllabes”.

J’avais de suite compris :  ici la globale / ou “mixte” était en vogue.

On la reconnaît ainsi :

Des mots étiquettes à apprendre par coeur, des textes que les enfants vont réciter et ne pas lire.

Et on attend l’opération du Saint Esprit  : le gamin de moins de 6 ans dans mon cas doit deviner tout seul les syllabes, très complexes !

Puis on vous collera de manière clairsemée des fiches syllabes dans un désordre le plus grand.

Ma fille qui avait compris le principe syllabique par l’allemand s’est retrouvée dès la première semaine à confondre “LAPIN” et “PAPILLON” à cause des L, A,P qu’on devait reconnaître dans sa globalité sur des étiquettes.

Voici le 1er texte : des syllabes (phonèmes complexes), des lettres muettes, des marques de pluriel : en 3 lignes on a tous les combos ! Difficile de faire pire.

20180530_181516

Deutsche Fassung - Méthode Globale VERSUS Silbenfibel.

Im Gegensatz zur Anlaut-und Silbenmethode geht es hier um die Wörter in ihrem Ganzen (Globalität) zu erkennen.

Wörter werden mit Hilfe von Etiketts auswendig gelernt. Und irgendwann soll der 5 oder 6-jährige selbst begreifen, wie sich die komplexen Silben in der französischen Sprache ausprechen.

Funktionniert schlecht.

Hier ein Bild vom Text der ersten Woche : komplexe Silben, alles auswendig lernen müssen, Pluralformen die nicht ausgesprochen werden. Das absolute Combo der Schwierigkeiten schon am ersten Tag.

Da hab ich es begriffen: es ist Nonsense. Wir werden üben und auswendig lernen, aber ich mache sofort eine Silben-und Anlaut Methode parallel.

Mein Kind, dass im Sommer schon auf Deutsch begriffen hatte wie es funktionniert, fand das auswendig lernen sehr mühsam.